Contactez la police et la gendarmerie par voie numérique

 
 

La Police de Sécurité du Quotidien s’appuie sur les nouvelles technologies, à la fois pour l’action courante des forces de sécurité, mais également pour lutter contre les cybermenaces.

Les usagers peuvent également profiter de services dématérialisés pour faciliter leurs démarches.

La brigade numérique de la gendarmerie nationale

La brigade numérique est une nouvelle offre de services, en réponse aux besoins et aux attentes des usagers, dont les comportements ont changé dans une société où l'hyper connectivité a bouleversé les usages et les réflexes (rendez-vous, relations entre individus, achats en ligne...).

La gendarmerie a donc entrepris sa transformation numérique afin de moderniser sa relation avec les usagers, leur rendre un meilleur service et leur permettre d’accéder à la sécurité en ligne.

C'est ainsi qu'elle a amorcé le contact rénové avec les usagers en déployant Neogend pour les unités, dispositif enrichi par la création de la brigade numérique, s’inscrivant pleinement dans la police de sécurité au quotidien.

Quelle est son ambition ?

La brigade numérique est une démarche innovante, dont l’objectif est de proposer aux usagers un contact simplifié, enrichi et rénové avec la gendarmerie nationale, en tout lieu et en tout temps, pour répondre à leurs interrogations.

Partant du constat que de plus en plus d'usagers n'ont plus le temps de se rendre dans les unités territoriales, l'ambition de la brigade numérique est de fluidifier la relation entre les usagers et les gendarmes, à partir d'objets connectés tels que des smartphones, tablettes et ordinateurs devenus d'usage courant.

En intégrant les nouvelles technologies, la gendarmerie adapte ses modes d’action pour repenser sa façon d’interagir avec la population. Les gendarmes de la brigade numérique complètent et démultiplient ainsi les capacités d’accueil des unités territoriales.

Comment fonctionne-t-elle ?

Accessible à l'adresse suivante : http://www-pp.gendarmerie.interieur.gouv.fr/A-votre-contact/Discuter-avec-la-Brigade-Numerique elle fonctionne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sans traiter les urgences qui restent de la compétence des plateformes des services idoines (17, 18, 15 et 112).

Le citoyen peut ainsi, depuis l’interface de son choix (smartphone, tablette, ordinateur…), contacter en permanence la gendarmerie. Plusieurs canaux lui sont proposés tels les réseaux sociaux; le tchat et le formulaire de contact.

Un opérateur de la gendarmerie évalue la demande et propose soit une assistance en ligne, soit un rendez-vous avec un gendarme dans le lieu de son choix. En complément, ces mêmes usagers peuvent accéder à un centre d'aide (Foire Aux Questions ) qui leur permet de rechercher, en autonomie, des réponses à des questions d'ordre général.

Quelle est la mission des gendarmes de la brigade numérique ?

Leur mission est d'accueillir, d'orienter, d’informer et de guider les internautes comme le font déjà les unités territoriales, mais en densifiant l'offre de contact par un accueil complémentaire et alternatif à celui déjà existant.

Les personnels ont été formés à l'accueil à distance par écrans interposés. L'accent a été mis sur l'accueil des femmes victimes de violences, pour lequel les militaires de la brigade numérique ont notamment suivi une formation à laquelle ont participé l'association France Victimes et 3919 violences femmes info.

Une formation spécifique au Facile A Lire et à Comprendre (FALC) leur permet d’interagir avec les personnes en situation de handicap.

Outre ces catégories d'usagers, la brigade numérique a vocation à accueillir et à recevoir toutes les sollicitations des usagers internautes en les orientant prioritairement vers les téléservices (OTV, télépoints, préplainte en ligne, Pharos, Perceval, Thésee...) ou les sites étatiques, comme service public.fr, sur lesquels les usagers pourront obtenir des réponses précises à leurs questions.

La brigade numérique n'a pas vocation à recevoir des plaintes. Néanmoins, ses personnels, officiers de police judiciaire détenteurs d'une habilitation nationale, pourront d'initiative se saisir des faits constituant des infractions pénales dont ils auront connaissance et les transmettre à l’unité de gendarmerie ou de police compétente dans le cadre du « guichet unique ».

À la fin de chaque échange, l’usager pourra indiquer s’il a été satisfait de l’aide qui lui a été apportée. Dans le même esprit, il a la possibilité d’effectuer un récit de cette relation sur le site VoxUsagers.

Plate-forme MonCommissariat.fr

La Police nationale propose une plateforme permettant d'orienter les citoyens français : https://www.police-nationale.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-police/moncommissariat.fr

Ces derniers peuvent communiquer directement avec un agent des forces de l'ordre pour lui poser des questions.

Les utilisateurs peuvent se connecter à cette plateforme et poser des questions par l’intermédiaire d’une messagerie instantanée.

En page d’accueil de la plateforme, vous trouverez deux possibilités d’accéder aux informations :

  • Un menu déroulant à trois entrées selon que vous êtes victime ou désireux d’effectuer un signalement ou, tout simplement, en quête d’information : des liens vous guident vers des sites susceptibles de vous apporter les réponses à vos questions ;
  • Une fenêtre de messagerie instantanée qui vous permet de poser votre question spécifique et vous met en relation directe avec un agent de police. Une bulle vous précise que cette conversation se fait en mode privé et qu’elle n’est pas enregistrée. Le tchat affiche en priorité un lien vers le téléchargement des attestations de déplacement , un des motifs principaux d’appel de la part des citoyens.

Derrière l’interface, des d’agents de police spécialement formés à cet exercice, qui se relaient 7j/7 entre 8h et 20h pour répondre à vos interrogations.

Mais ils renseignent aussi des usagers confrontés à des difficultés, qui cherchent à porter plainte, signaler des contenus illicites ou dénoncer des escroqueries.

Ce nouvel outil a pour but de limiter les appels au 17 pour ces demandes liées à des situations non urgentes et non dangereuses, qui peuvent être redirigées vers les services adéquats :

La plateforme mon.commissariat ne reçoit donc pas les demandes relatives :

  • aux situations d’urgence mettant en danger un tiers ou vous-même ;
  • aux situations de détresse psychologique ou sociale, qui peuvent relever d’une urgence ;
  • à votre quotidien : pharmacie de garde, plombier, serrurier, nom de rue...

Ouverture d'une adresse électronique pour améliorer les relations entre la police et la population

Dans le cadre de la mise en œuvre de la police de sécurité du quotidien et dans un souci d’améliorer encore les relations entre la police et la population, la direction générale de la police nationale a créé, au niveau de chaque commissariat, des messageries électroniques destinées au recueil, par les services de police:

  • de signalements sur des situations relevant des incivilités, des problèmes de voisinage ou encore d’attroupements
  • des interrogations / observations de la population concernant des problématiques liées à la sécurité ou à la sûreté du quotidien

Ainsi les personnes qui souhaitent joindre le commissariat de Belfort, dans ce cadre, sont invités à envoyer leurs messages à l'adresse : ddsp90-psq@interieur.gouv.fr en y laissant leurs coordonnées (nom, prénom, numéro de téléphone)

Chaque courrier électronique reçu fera l’objet d’une réponse apportée soit par courriel, soit par téléphone et/ou pourra faire l’objet d’une intervention du délégué cohésion police-population.

ATTENTION : cette adresse de messagerie électronique dédiée n’a pas vocation à être utilisée pour le traitement des urgences (17), des prises de rendez-vous, des signalements de délits (vols, cambriolage..) ou encore des dépôts de plainte.