Influenza Aviaire Hautement Pathogène (IAHP)

Grippe aviaire

 
 

Grippe aviaire

La situation liée à l’épizootie d’influenza aviaire que connaît la France depuis l’automne 2021 s’améliore très nettement.
Depuis le 17 mai 2022, aucun nouveau foyer d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) n’a été détecté en élevage en France et, à ce jour, seuls quelques cas sont confirmés dans la faune sauvage. Dans le même temps, l’amélioration de la situation dans les couloirs migratoires de l’avifaune sauvage traversant la France et les températures saisonnières défavorables à la survie du virus dans l’environnement justifient l’abaissement du niveau de risque.
Cette nouvelle étape dans la gestion de la crise actuelle amène donc à la levée des mesures de sécurité sanitaire renforcées (parmi lesquelles figurait la mise à l’abri des oiseaux d’élevage), des restrictions de mouvements et des interdictions de rassemblements de volailles. Seules les zones dites réglementées, au sein desquelles des mesures de lutte sont toujours en cours d’exécution, restent concernées par des mesures sanitaires renforcées.
Face à l’amélioration de la situation sanitaire nationale au regard de l’influenza aviaire, Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, a décidé d’abaisser le niveau de risque sur le territoire national à « négligeable », à compter du 8 juin 2022.
Depuis novembre 2021, la France a traversé un épisode d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) extrêmement virulent ayant conduit à l’abattage de plus de 16 millions de volailles. À date, la France compte un total de 1 378 foyers d’IAHP en élevage, 55 cas en faune sauvage et 35 cas en basse-cours.
Pour rappel, tout détenteur d'oiseaux détenus en extérieur, est tenu d'en faire la déclaration auprès du Maire du lieu de détention des oiseaux. Les particuliers peuvent déclarer en ligne leurs volailles sur le site internet « Mes démarches » (Cerfa 15472*02).
Une surveillance renforcée de l’avifaune est toujours en place. Toute mortalité d’oiseaux sauvages est à signaler à l’antenne départementale de l’Agence Française de la Biodiversité ou à la Fédération Départementale des Chasseurs. Les personnes non habilitées ne doivent pas manipuler ou déplacer les cadavres d’oiseaux sauvages.
Au-delà de l’évolution du niveau de risque, la virulence et la répétition des crises IAHP qui touchent l’Europe et la France et leurs conséquences en matière de dépeuplement, amènent à étudier de nouveaux moyens préventifs en complément de la biosécurité et de la surveillance. C’est dans ce contexte qu’une étude vaccinale a été lancée ce 10 mai en France sur des palmipèdes. À l’heure actuelle, aucun vaccin pour les palmipèdes n’est disponible pour lutter contre l’influenza aviaire hautement pathogène. L’étude consiste à acquérir des données sur la capacité de deux vaccins candidats à protéger les palmipèdes et à limiter l’excrétion et la diffusion du virus.
La France et les États membres de l’Union européenne poursuivent en parallèle les discussions au niveau du Conseil, sur la vaccination.
En Europe, 36 pays sont touchés par l’épizootie 2021-2022 d’influenza aviaire hautement pathogène (https://www.plateforme-esa.fr/ ). L’épizootie actuelle est marquée par une persistance de cas dans la faune sauvage et par une contamination forte de l’environnement par le virus.

Pour plus de précisions, vous pouvez consulter le site du ministère de l'agriculture
https://agriculture.gouv.fr/tout-ce-quil-faut-savoir-sur-linfluenza-aviaire

Depuis le 08 juin 2022, le niveau de risque Influenza aviaire est qualifié de "négligeable" pour l'ensemble du département du Territoire de Belfort.

> 20220608 IAHP CP - Evolution favorable de la situation sanitaire et abaissemen - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,35 Mb

> Cerfa 15472 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,13 Mb