Bilan de la lutte contre les rodéos

 
 
Bilan de la lutte contre les rodéos

Les rodéos motorisés sont de véritables fléaux pour la sécurité publique et la tranquillité des riverains. Ils entraînent des comportements dangereux, mettant en péril la sécurité de l’ensemble des usagers de la route et des piétons, comme l’actualité récente l’a encore démontré.

Conformément aux instructions du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer et à la demande du préfet du Territoire de Belfort, les policiers et les gendarmes ont mené une campagne de lutte particulièrement intensive contre les rodéos motorisés durant l’été, période qui marque une flambée de ces pratiques, au rythme de six actions par jour dans le département.

Ces opérations visent à prévenir et réprimer les comportements dangereux sur la voie publique et assurer la tranquillité et la sécurité des riverains.

Contrôles routiers, surveillance, opérations de visite de communs pour trouver les lieux de stockage de deux roues ayant pu servir à des rodéos, les forces de sécurité se sont mobilisés sur l’ensemble du département : zone urbaine (notamment à Belfort dans les quartiers Dardel, des Glacis et des Résidences, à Essert au Parc de la Douce...), semi-urbaine (Valdoie, Delle, Offemont, Beaucourt...), ou rurale (Salbert...). En effet, les rodéos motorisés ne se limitent pas aux villes et aux quartiers sensibles, mais dégradent, perturbent et polluent également les milieux naturels.

Ainsi, en un mois, du 8 août au 7 septembre, plus de 138 opérations ont été réalisées, 772 personnes contrôlées, donnant lieu à 55 verbalisations, 2 interpellations, et 5 véhicules saisis.

Bilan des opérations menées du 8 août au 7 septembre 2022

Capture

Au quotidien, les services de police et de gendarmerie travaillent en lien avec les polices municipales, les établissements scolaires, les différentes associations et agences locales (notamment Territoire Habitat) afin de sensibiliser et de prévenir les risques liés à cette pratique.

Ces opérations vont se poursuivre avec la même intensité, en application des consignes de Monsieur le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer .

Monsieur Raphaël SODINI, préfet du Territoire de Belfort, félicite l’ensemble des fonctionnaires de police et militaires du Groupement de gendarmerie départementale pour leur mobilisation .

Si vous êtes témoin de rodéo urbain, il faut le signaler en composant le 17 ou le 112 ou en communiquant par tchat sur moncommissariat.fr ou sur magendarmerie.fr .

Afin de donner aux militaires et aux policiers les outils de cette lutte, la loi relative à la responsabilité pénale et à la sécurité intérieure a renforcé l’arsenal législatif pour empêcher la restitution de véhicules. Elle interdit notamment la restitution des engins non-homologués ayant servi à la commission des rodéos si aucun propriétaire n’est identifié au moment de la mise en fourrière. Le véhicule est ainsi réputé abandonné et peut-être immédiatement détruit.

La participation à un rodéo urbain est un délit passible d’un an de prison et de 15000 euros d’amende. En outre, les organisateurs de rodéos encourent deux ans de prison et 30 000 euros d’amende.

> 20220909_Bilan de la lutte contre les rodéos - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,56 Mb