Comment les entreprises peuvent se mobiliser pour la sobriété et l'efficacité énergétique ?

 
 
Comment les entreprises peuvent se mobiliser pour la sobriété et l'efficacité énergétique ?

Afin de réduire leurs factures et réduire l’impact de la crise énergétique, il est indispensable que les entreprises se mobilisent dans une démarche de sobriété et d’efficacité énergétique. L’ADEME les accompagne depuis de nombreuses années sur ces sujets. Un large éventail de solutions existe : des premiers pas simples et concrets ou des diagnostics de « chasse au gaspi » sont possibles pour des actions à court terme.  Et, pour aller au-delà et s’engager dans une véritable démarche à la hauteur des enjeux, il est important de rappeler que l’efficacité énergétique nécessite des projets à plus long terme et à initier dès à présent !

Quels moyens sont à la disposition des entreprises ? Comment entamer une démarche ? Comment aller plus loin ?

Des premières actions simples et à effet immédiat

Avant même un diagnostic et l’élaboration d’un plan d’actions ambitieux de sobriété énergétique, les entreprises peuvent d’ores et déjà mettre en œuvre des premières actions simples, rapides et sans investissements importants qui auront un effet immédiat sur la réduction de leur consommation.

Éclairage

  • Éteindre l’éclairage intérieur des bâtiments lors des périodes de fermeture et réduire l’éclairage extérieur des bâtiments, notamment publicitaire (l’éteindre au plus tard à 1 h du matin conformément à la réglementation). Améliorer son efficacité en déployant des LED, ou des éclairages basse consommation ainsi qu’une gestion en fonction de la présence.

Numérique

  • Réduire la consommation des appareils informatiques: paramétrer la veille des ordinateurs, éteindre complètement les écrans la nuit, mettre en place une gestion optimisée du fonctionnement des serveurs informatiques….
  • Limiter le nombre d’équipements et éviter leur sur-dimensionnement (nombre d’écrans, taille de ces écrans, puissance du matériel informatique par rapport au besoin…)
  • Augmenter la température des salles de serveur, mettre en œuvre des systèmes de refroidissement passifs (free cooling), viser des PUE performants (Power Usage Effectiveness)
  • Récupérer l’énergie fatale produite par les serveurs (pré chauffage d’eau…)
  • Optimiser les usages : moins de consommation de vidéos, optimisation des codes par l’écoconception logicielle des applications et sites web
  • Réduire ou arrêter les systèmes audiovisuels non indispensables, tels que les projecteurs ou écrans des halls d’accueil ou des cafétérias.

Chauffage / Climatisation

  • Adapter la température par la programmation des équipements :

L’hiver, 19°C pour les pièces occupées, 16°C hors période d’occupation, 8°C si les lieux sont inoccupés plus de deux jours ;

  • Un degré de différence peut correspondre à 7% de consommation d’énergie en moins.

L’été, ouvrez les fenêtres le matin quand l’air est plus frais, refermez dès qu’il devient plus chaud en occultant les fenêtres, réglez la climatisation en respectant un écart de 6°C max avec la température extérieure ;

  • Passer d’une température de 22°C à 26°C divise par deux l’énergie consommée.
  • Faire entretenir sa pompe à chaleur ou sa climatisation réversible, en plus de l’inspection quinquennale obligatoire. Faire vérifier le bon fonctionnement général des systèmes de chauffage, notamment le bon réglage des pompes de circulation pour le chauffage à eau chaude.
  • Fermer les portes pour éviter la déperdition ou l’apport de chaleur.
  • Installer des portes sur les meubles frigorifiques des commerces alimentaires.

 Process techniques et utilités

  • Dans l’industrie, optimiser l’utilisation des appareils fonctionnant à l’air comprimé: rechercher et colmater les fuites régulièrement, arrêter les compresseurs en période d’inactivité, nettoyer ou changer les filtres d’entrée d’air, diminuer la pression des soufflettes à 2 bars, assurer une aspiration d’air d’entrée le plus frais possible.
  • Optimiser l’utilisation des fours, séchoirs, ventilation, traitement thermique: optimiser les débits et les températures de consignes, optimiser les cycles pour minimiser les remises en température, diminuer si possible la pression du réseau vapeur ou du débit d’air, vérifier régulièrement l’état des calorifuges et intégrer le personnel dans la recherche et la signalisation de fuites…

Implication des salariés

  • Sensibiliser les salariés aux coûts du gaspillage et aux enjeux de l’efficacité énergétique.
  • Etablir des bonnes pratiques pour éteindre les équipements non utilisés en fin d’utilisation journalière ou le week-end.
  • La mise en place du télétravail, lorsque c’est possible, peut permettre de contribuer à la réduction des consommations de carburant, ou de chauffage.
  • Inciter les salariés à réduire l’impact environnemental de leur déplacement via le forfait mobilité durable, en incitant au covoiturage, aux mobilités actives ou aux transports en commun.

Pour en savoir plus et prendre connaissance des actions à moyen terme, rendez-vous sur le site internet de l’ADEMEagence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie : agirpourlatransition.ademe.fr