Passage en alerte de niveau 2 : sécheresse renforcée

 
 
Passage en alerte de niveau 2 : sécheresse renforcée

Le Territoire de Belfort connaît des sécheresses récurrentes depuis plusieurs années avec des étés marqués par des étiages de plus en plus précoces. L’année 2022 vient malheureusement confirmer cette tendance.

C’est pourquoi Raphaël SODINI, préfet du Territoire de Belfort, avait signé un premier arrêté départemental de restriction des usages de l’eau (niveau « alerte ») le 3 juin 2022, afin de limiter l’impact de la sécheresse dans le département.

Depuis cette date, la situation hydrologique s’est nettement aggravée et les prévisions météorologiques ne prévoient pas de précipitations pour les prochaines semaines. A titre d’illustration, le débit de la Savoureuse a franchi le seuil d’alerte renforcé : le 17 juillet 2022, il a été mesuré à 40 litres par seconde à Giromagny et 106 litres par seconde à Belfort, ce qui est inférieur de moitié aux débits habituellement constatés en période d’étiage.

Dans ce contexte, et sur les recommandations du comité ressource en eau qui s’est réuni le 18 juillet 2022, le Préfet a décidé de prendre un arrêté pour acter le passage au niveau « alerte renforcée », auquel correspondent des restrictions d’usage de l’eau plus sévères. L’arrosage des jardins et espaces verts est ainsi interdit, à l’exception des jardins potagers et des jeunes arbres et arbustes entre 20h00 et 8h00. De même est désormais interdit le nettoyage des toitures, façades et terrasses, quel que soit le matériel utilisé. Le lavage des véhicules demeure possible dans les seules stations économes (haute pression et dispositif de recyclage de l’eau).

> Tableau des restrictions des usages de l'eau - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,22 Mb

Le préfet du Territoire de Belfort restera particulièrement attentif à l’évolution de la situation. En cas d’aggravation, et conformément à l’arrêté cadre interdépartemental en vigueur, un arrêté de troisième niveau (crise) pourrait s’avérer nécessaire, entraînant de fait de nouvelles mesures de restriction et de limitation des usages de l’eau.

Une plaquette de communication, rappelant les principales mesures de restriction, a par ailleurs été diffusée aux différents acteurs de la gestion de l’eau, ainsi qu’aux maires du département.

Il est d’ailleurs rappelé que les maires peuvent prendre par arrêté municipal des mesures de restriction plus contraignantes et adaptées à la situation locale, en fonction de l’état des ressources en eau du territoire communal et sur le fondement de la salubrité et de la sécurité publiques.

Au vu de cette situation critique, et afin de veiller au strict respect de ces dispositions, les opérations de contrôle seront renforcées. En cas de non-respect de la réglementation, le contrevenant est passible d’une sanction pouvant aller jusqu’à 1500€.

Pour en savoir plus :