La Police de Sécurité du Quotidien

 
 
La Police de Sécurité du Quotidien

Avec la Police de Sécurité du Quotidien, le gouvernement s’est engagé dans une évolution des missions de la police et de la gendarmerie pour répondre à la priorité des Français : la sécurité.

La sécurité du quotidien, c’est lutter contre tout ce qui fait naître un sentiment d’insécurité chez nos concitoyens et qui leur donne l’image de l’impuissance publique : les cambriolages, les infractions routières, les implantations et campements illicites, les rodéos sauvages, les occupations des halls d’immeubles, les incivilités dans la rue et dans les transports, ou le harcèlement de rue pour les femmes.

Prévue pour replacer le « service du citoyen au cœur du métier de policier et de gendarme », selon les vœux du président de la République, cette police vise ainsi à apporter une réponse concrète au sentiment d’insécurité des Français mais également à la lassitude exprimée par les forces de l’ordre.

De la concertation...

Gérard Collomb, ministre d’État, ministre de l’Intérieur, a souhaité dans le cadre de la mise en œuvre de la PSQ donner la parole à l’ensemble des policiers et des gendarmes pour s’assurer que « l’évolution de leurs missions sur le terrain soit au plus proche de leurs besoins et de leurs attentes ». C'est tout l'enjeu de la large concertation lancée le 28 octobre dernier à La Rochelle : entendre les propositions en partant du terrain. Ainsi chaque policier et gendarme a pu donner son avis via des questionnaires mais aussi des réunions de proximité.

Dans le Territoire de Belfort cette phase de concertation a été menée du 1er décembre au 13 décembre. 

  • 1er décembre :  lancement, par la préfète Sophie Elizéon, de la concertation, en préfecture et création d'une boîte mail destinée à recueillir les avis du public et mise en ligne d'un questionnaire sur le site internet des services de l’État
  • 4 décembre : rencontre avec les fonctionnaires de police de la direction départementale de la sécurité publique
  • 5 décembre : rencontre avec les militaires du groupement de gendarmerie départementale
  • 7 et le 8 décembre : réunions avec l'ensemble des partenaires locaux (services publics, bailleurs sociaux, gestionnaires de transport, commerçants, représentants du secteur bancaire/assurantiel/associatif, acteurs du monde éducatifs...)
  • 11 décembre : réunion avec les élus du département
  • 13 décembre matin : échanges avec les directeurs départementaux des services déconcentrés de l’État
  • 13 décembre après-midi : synthèse des contributions en Etat-Major de sécurité coprésidé par la Préfète du Territoire de Belfort et madame la Procureure de la République

> CP concertation PSQ avec les élus - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,66 Mb

> Dossier de presse lancement de la concertation sur la PSQ - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 3,11 Mb

...au lancement officiel de la police de sécurité du quotidien

Après le temps de la concertation, le ministre de l'Intérieur a souhaité lancer officiellement la police de sécurité du quotidien le 08 février 2018.

Une volonté de se recentrer sur le cœur de métier des policiers et des gendarmes

Les policiers et les gendarmes estiment à 74 % que les tâches indues empiètent sur leurs missions essentielles, et 73 % d'entre eux jugent que les missions administratives les éloignent du terrain. Ils souhaitent se recentrer sur le cœur de métier des forces de l'ordre.

Par ailleurs, pour réellement faire reculer les incivilités du quotidien, les forces de l'ordre indiquent manquer de moyens. En effet, 78 % des personnels ayant répondu au questionnaire déclarent qu'ils n'ont pas les moyens juridiques pour agir, 70 % estiment que les condamnations judiciaires ne sont pas assez dissuasives, 68 % pointent un manque de personnel et 66 % soulignent que les procédures sont trop complexes.

Ils déclarent également ressentir une baisse de confiance des Français à leur égard.

Des propositions pour faire évoluer la situation

Pour résoudre ces problèmes, la police de sécurité du quotidien s'appuie sur plusieurs propositions issues de la consultation :

  • Rendre les condamnations judiciaires et les mesures répressives plus dissuasives
  • Développer davantage la coopération avec les polices municipales
  • Accroître la participation des habitants à leur propre sécurité
  • Simplifier la procédure pénale
  • Réduire les tâches administratives
  • Développer les démarches en ligne
  • Améliorer l'accueil des victimes
  • Disposer de plus de temps au contact avec la population
  • Donner plus d'autonomie aux acteurs de terrain

Ces propositions ont permis de dégager cinq axes pour une nouvelle stratégie d'action.

Cinq axes pour une nouvelle stratégie d'action

La police de sécurité du quotidien se dessine ainsi :

  • Une Police et une Gendarmerie aux ambitions retrouvées
  • Une Police et une Gendarmerie respectées
  • Une Police et une Gendarmerie sur-mesure
  • Une Police et une Gendarmerie connectées
  • Une Police et une Gendarmerie partenariale

> Pourquoi créer la police de sécurité du quotidien - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,41 Mb

> Synthèse des mesures mises en oeuvre avec la police de sécurité du quotidien - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,09 Mb

> Dossier de presse lancement de la PSQ - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 4,88 Mb

> PSQ_-_Lettre_du_Ministre_-_accompagnement_dossier_de_presse - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,06 Mb

> PSQ_TERRITOIRES_8.02.18 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 3,31 Mb