Trophées de l'alternance au féminin 2018

 
 
Trophées de l'alternance au féminin 2018

 La cérémonie des trophées de l’alternance au féminin s’inscrit dans le cadre de la politique publique interministérielle en faveur de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.

Inscrite au cœur du pacte social et républicain, l’égalité entre les femmes et les hommes a été consacrée « grande cause nationale » par le Président de la République pour toute la durée du quinquennat, le 25 novembre 2017. Aujourd’hui, au 1er anniversaire de cette annonce, il est possible de constater que de nombreuses mesures ont été lancées par le gouvernement autour de deux objectifs principaux : faire progresser l’égalité des droits et assurer l’égalité dans les faits.

Ces mesures investissent le champ de l’ensemble des politiques publiques portées par les services de l’État. Ainsi, ces derniers mois, plusieurs évolutions législatives et réglementaires sont venues consolider le socle existant en matière d’égalité, dans des domaines aussi variés que l’agriculture (avec la réforme du congé maternité pour les agricultrices), l’éducation nationale (avec l’organisation des stages de 3ème, dès 2019, vers des secteurs peu mixtes) ou encore l’emploi avec la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel.

Cette dernière réforme l’apprentissage et la formation professionnelle d’une part, tout en incluant des mesures en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes d’autre part. Elle œuvre à rendre applicable le principe à « travail égal, salaire égal », inscrit dans la loi depuis 45 ans, en passant d’une obligation de moyens à une obligation de résultats. Aujourd’hui à poste et âge équivalents, le taux d’écart de salaire entre les femmes et les hommes est de 9% et les femmes perçoivent 24 % de moins que les hommes, tous postes confondus.

Intégrée à l’ensemble de l’action publique, la mise en œuvre de l’égalité professionnelle entre les femmes-hommes doit également être pensée à tous les moments de la vie professionnelle. Ce travail commence dès le plus jeune âge à travers la transmission de la culture de l’égalité, l ‘éducation au respect filles/garçons et la mixité des filières de formations et des carrières. La convention régionale 2014-2018 pour l’égalité entre les filles et les garçons dans le système éducatif reprend par ailleurs ces principaux axes.

Dans cette logique, l’apprentissage se révèle être un outil précieux. Outre son intérêt en termes de formation et de recrutement - puisque près de 70 % des apprentis trouvent un emploi à l’issue de leur formation - il peut et doit également agir comme un levier important en faveur de l’égalité femmes-hommes.

En 2017, ce sont 729 contrats d’apprentissage qui ont été conclus dans notre département, portés par les organismes consulaires. L’année 2018 s’inscrit dans la même dynamique puisque ce sont 231 contrats conclus au 1er septembre, et qu’à titre de comparaison, 181 contrats avaient été conclus sur la même période en 2017.

Pendant trop longtemps l’alternance a fait l’objet d’idées préconçues selon lesquelles, ce mode de formation serait une voie de garage ou encore un secteur trop « technique » pour les femmes. Des préjugés loin de la réalité puisque les filles font sûrement leur place comme apprenties, tout aussi compétentes que leurs confrères. Mais elles ne représentent encore que 3 apprenties sur 10.

Se priver des femmes, c’est se priver de leurs compétences et de leurs expériences, à l’heure où les « baby-boomers » partent à la retraite, créant un terrain propice à la progression de l’activité féminine. Gage de justice sociale et de performance économique, l’égalité professionnelle, en commençant par l’égal accès aux formations professionnelles constitue un enjeu stratégique qui ne peut être ignoré ou considéré comme secondaire.

Un nombre encore trop élevé de jeunes filles et de femmes hésitent ou n’osent pas s’engager dans des filières dites et perçues comme « masculines », alors qu’elles y ont toute leur place. La moitié des femmes en emploi se concentre sur 12 familles professionnelles (santé, social et soins) et la moitié des hommes sur 20 familles (agriculture, bâtiment, informatique). Les représentations liées aux métiers perpétuent ces inégalités, influençant les choix d’orientation et les parcours professionnels qui en découlent. A ces difficultés s’ajoutent le fait que prendre une apprentie nécessite un investissement financier et en temps pour la structure qui le recrute.

Les trophées de l’alternance au féminin ont pour objectif de valoriser les alternantes qui « ont osé » aller à l’encontre des stéréotypes, ainsi que les entreprises, collectivités et organismes de formation qui les ont accompagnés, et les accompagnent encore dans leur démarche.

3 jeunes femmes ont été primées pour 2018 sur 12 alternantes. Leurs parcours nous inviter à réfléchir chaque jour davantage sur les inégalités et les discriminations dont les femmes sont victimes, et sur la façon dont chacune et chacun d’entre nous peut, à son niveau, agir pour lutter contre.

Les trophées sont le fruit d’une collaboration efficace entreprise depuis des années entre la délégation régionale et départementale aux droits des femmes et à l’égalité et la MIFE du Territoire de Belfort, qui porte l’action et le réseau des partenaires inscrit dans la démarche.

Pour cette nouvelle édition, Madame la préfète a tenu à remercier l’ensemble des acteurs impliqués : alternantes ayant relevé le défi de participer, entreprises, collectivités territoriales, organismes de formation initiale et continue, et chambres consulaires.

Vous aussi l'alternance vous intéresse ?

Un site dédié aux employeurs et aux jeunes qui souhaitent se former par la voie de l'alternance accessible à l'adresse suivante: https://www.alternance.emploi.gouv.fr